les proches aidant du bipolaire
Les conséquences de la bipolarité sur la vie quotidienne

Les proches aidant les personnes bipolaires

La bipolarité difficile pour le malade mais aussi pour ses proches

  • La bipolarité est une pathologie qui récidive et s’accompagne de modifications rapides et très marquées de l’humeur ( cliquez ici ). Des phases maniaques qui reviennent et alternent avec des périodes de dépression et des moments de stabilité d’humeur. Un quotidien parfois compliqué pour le malade et les personnes aidant les personnes bipolaires  .
  • Les récidives entrainent d’énormes conséquences dans la vie de tous les jours autant familiales, professionnelles que sociales de la personne bipolaire. La souffrance est présente au sein de la famille . Ce trouble créant une charge majeure émotionnelle mais aussi financière pour la famille et les proches du malade.
  • Aujourd’hui des groupes de soutien ,des associations sont mis en place .Les aidants ont apprit l’existence de ces modes de soutien par l’intermédiaire des soignants des médias .

S’ouvrir aux autres pour mieux accompagner un patient bipolaire

  • Pour vivre mieux l’ accompagnement , il est important de parler, d’échanger et de s’informer.
  • Des associations ont vu le jour telles que : l’unafam.org qui aide le malade et ses proches , argos2001.fr entre autres…

Les proches aidant un travail honorable mais harassant

  • Les proches aidant offrent du temps et de l’énergie ,sur le plan physique et moral a une personne proche bipolaire qui en a besoin .La plupart de ces personnes offrent ce temps sans réflexion, la question ne se pose même pas . Un travail qui représente pourtant des millions d’heures par années :taches administratives, ménagères appels ,consultations et visites…On ne choisit pas d’être proche aidant on le devient .
  • Même si il y a des similarités entre les situations , chacune est unique et dépend du vécu personnel du proche aidant ,de sa personnalité ,de sa relation avec le proche malade.
  • Des impactes multiples sur l aidant et sa vie quotidienne font que la charge mentale est lourde à porter principalement lors de crises aigues .
  • Si la relation entre le proche aidant et la personne bipolaire est sereine au départ alors elle continuera ainsi dans une moindre mesure. Mais lorsqu’il y a des tensions ,la pathologie peut renforcer les problèmes .
  • Différents éléments affectent aussi la vie du proche aidant ,les finances souvent réduites et la faculté à supporter le stress. La proche aidant va devoir jongler entre les actes de la vie quotidienne, son travail et l’aide à la personne. Ce stress accumulé se retrouve aussi sur le plan physique: : trouble du sommeil, mal de dos…Des études ont monté que la mortalité chez les proches aidants était de 30% supérieure  à ceux qui ne le sont pas. Mais les soucis somatiques (cliquez ici ) ne viennent pas de son rôle auprès du malade mais au stress et à la fatigue.

Savoir reconnaitre ses limites et appeler à l’aide

  • Pour limiter les effets stressants du rôle de proche aidant , il est primordial de savoir quels son les besoins de son proche malade et de percevoir également ses propres limites . Certains ont besoin de solitude pour se retrouver ou au contraire de sortir de converser avec du monde ,de faire de la méditation ou bien inclure un groupe de parole dédié aux proches aidant. Il faut savoir ce qui fait du bien en fonction de sa personnalité . Pourtant il est difficile pour le proche aidant de s’accorder du temps pour lui même et d’accepter de demander de l’aide.
  • Il est pourtant nécessaire de le faire ,le proche aidant pense abandonner ou avouer une faiblesse ,mais bien au contraire prendre du recul est important pour continuer le mieux possible l’accompagnement de la personne chère et de garder un équilibre dans la santé mentale et physique du proche aidant.
Cliquer pour évaluer l article
[Total: 1 Average: 5]

Commentaires

Laisser un commentaire